Covid-19 x petite entreprise

Publié par le

J'ai longuement hésité avant d'aborder ce sujet, compte tenu de sa redondance du sujet et de son capital anxiogène. Puis, j'ai réalisé que ce n'était pas précisément de la situation sanitaire que j'avais le goût de parler... mais plutôt de la vie d'une petite entreprise en ce moment. La vie chamboulée, la vie changée, mais la vie qui continue.

  • AVANT

Une grosse tendance et envie de mon année 2019 : plus d'humains dans mon travail au quotidien. Ça a débouché sur deux décisions: 

  1. Louer un local partagé avec d'autres personnes exerçant une activité créative/artistique - et qui puisse à terme accueillir des ateliers d'Origami.
  2. Organiser et animer ces fameux ateliers. Beaucoup d'ateliers. J'envisageais d'en faire 60% de mon activité d'ici fin 2020, sachant que 100% était jusqu'ici dédié à la vente d'objets de décoration.

On parle donc de changements conséquents, dont les objectifs et résultats étaient attendus cette année. C'était sans compter la crise du covid-19 que nous traversons et la distanciation sociale que ça implique. Bim, bam, boum. Ça ne faisait pas partie du (business) plan. Pour personne, j'imagine.

Quand je repense à l'enchaînement des événements, je souris quand même. Je nous revois, début mars, entrain de planifier nos futurs ateliers en collaboration avec Gilles et Marion du Lézard Créatif, et je souris en repensant à notre envie, notre espoir, notre optimisme jusqu'à la dernière minute. Avec le recul, ça me parait presque insensé. Mais à l'époque (je parle comme s'il s'était écoulé des années.. l'effet du confinement sûrement!) il était difficile d'imaginer la portée globale des événements sans l'avoir déjà vécue. Aussi, comme dirait Gilles, avoir une entreprise c'est comme avoir un bébé. Il était donc difficile d'imaginer que deux semaines plus tard, il faudrait lui faire faire la sieste pendant plusieurs mois. Est-ce même possible?!Covid-19

  • LE DÉBUT DE LA CRISE

Les points de vente physiques où étaient vendus mes produits ont fermé, les marchés d'artisanat ont été annulés/reportés à loin, les ateliers créatifs mis en suspend. Seule la vente en ligne peut perdurer - si toutefois elle suit les recommandations gouvernementales de sécurité sanitaire. Mon atelier de travail étant partagé avec d'autres, et situé dans un autre quartier que celui de mon logement, et le gouvernement ayant prôné le télétravail sinon la mise en pause des activités non essentielles... j'ai mis en pause. 

Et après l'inconfort des premiers jours ('Salut Incertitude, on se connaît bien mais tu as l'air en forme en ce moment!' - 'Oui je me porte à merveille, si tu savais!' - 'Oh, j'en doute pas.'), plusieurs idées se sont un peu imposées d'elle-mêmes:

  1. Prendre du recul, respirer, prendre soin de soi...
    Ce genre de situation nous rappelle à quel point il est important de faire le tri entre ce qui dépend de nous ou pas, et de lâche prise sur ce sur quoi nous n'avons pas de contrôle.
  2. Appliquer à une aide gouvernementale pour combler la perte de revenus
  3. Ajuster mon activité pour continuer d'exister à travers les prochaines semaines/mois et ce changement de réalité.
    Ca a donné lieu à des tutoriels vidéos, l'ajustement des formations de pliage, la mise à jour du site internet en conséquence (toujours en cours), l'animation des médias sociaux.. tout pour adapter mon activité au monde digital qui prend le relai.
Si les points 1 et 3 ont l'air de plutôt bien fonctionner.. le point numéro 2 s'est montré nettement moins coopératif. Je le remplace donc par 'Faire preuve de résilience et d'optimisme'! 

  • MAINTENANT ... 

Plusieurs constats depuis le début des événements:

  1. Le ralentissement fait du bien.
    Même si je trouve cela vrai en tout temps, ça semble plus facile à appréhender quand le monde autour de soi semble ralentir aussi et quand l'idée de performance évolue. Quelques années en arrière, je me serais sûrement sentie désœuvrée à l'idée d'être en pause contre mon gré, en plus d'être confinée. Aujourd'hui, c'est appréciable de pouvoir embrasser un rythme plus doux, de se reconnecter à soi-même, de prendre le temps, avec peut-être moins de culpabilité qu'en temps 'normal'. Cependant, je réalise aussi à quel point ça reste un luxe pour beaucoup, et que cette chance vient avec le privilège de vivre dans un pays comme le Canada.
  2. La digitalisation c'est cool...à petite dose.
    Le contact humain est précieux. Autant j'ai le sentiment de m'être adaptée à cette nouvelle réalité en y allant au jour le jour, autant j'ai du mal à me projeter plusieurs mois sans pouvoir intéragir humainement avec des gens et à travailler de longues heures derrière l'ordinateur. Au moins, l'avantage de cette situation est me faire réaliser à quel point les changements opérés pour Kozouf ont du sens pour moi, même s'ils n'en ont pas pour le covid-19.
  3. Mettre en pause toute activité rémunératrice, en ne touchant aucune aide = pas la meilleure idée du siècle.
    La vente en ligne étant ma seule source de revenu potentielle du moment, la boutique va rouvrir ses portes. Les expéditions auront lieu à une date fixe, tous les 10 à 12 jours, communiquée à l'avance - et toutes les mesures de distanciation sociale, sécurité et hygiène seront respectées. Je publierai mon petit protocole pour les intéressés, et le rendrait accessible depuis la boutique en ligne.
    Le délai inhabituel de 10 à 12 jours fait partie des mesures de vigilance, dans le but de grouper les envois et minimiser les risques associés à de nombreux trajets jusqu'à l'atelier, où restent entreposés mes produits.
  4. Ça va bien aller
    On l'entend et le voit partout, au point que certains pourraient être lassés de s'entendre dire que tout va bien aller alors que les informations reçues semblent pointer vers le contraire. Toutefois, je reste persuadée que tout ira mieux en se répétant ça plutôt que le contraire. Alors je nous souhaite de rien lâcher, de rester prudents, de prendre soin de soi et de ses proches malgré la distance, pour un jour pouvoir en parler au passé une bonne fois pour toute ✌️

Ca va bien allerSource: Station D

← Article précédent Article suivant →



Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés